fbpx

La photo au smartphone : principes et astuces

24 Fév. 2021

Introduction

Les performances photo constituent désormais un des premiers critères lorsque l’on choisit un nouveau téléphone. Les sites web consacrés à la photo (comme Phototrend) publient des guides d’achats dédiés aux smartphones, comme ils le font pour les appareils photos classiques. Et on trouve pléthore de vidéos sur YouTube comparant les performances photo de tel ou tel smartphone.

L’importance de ce critère pour le consommateur justifie les efforts des fabricants pour améliorer les performances des appareils, que ce soit pour le matériel proprement dit (nombre d’objectifs, taille des capteurs) mais aussi pour la partie logicielle qui gère et optimise la prise de vue.

Sans surprise, les meilleurs “photophones” comme on les appelle, sont les smartphones les plus hauts de gamme. Mais on peut aussi trouver des modèles qui réalisent des photos correctes à un tarif plus raisonnable.

Dans cet article, nous verrons quels sont les points clés pour réussir ses photos au smartphone. Nous verrons aussi quelles sont les limites de ce qu’on peut obtenir avec un smartphone (même haut de gamme) et quand il est préférable de sortir le reflex du placard.

1. L’appli de prise de vue

Plus encore qu’avec un appareil photo classique, l’algorithme, le logiciel qui équipe un smartphone et gère la prise de vue est ici un élément essentiel. Les fabricants consacrent énormément d’efforts au développement logiciel, jusqu’à compenser (au moins en partie) les limites techniques des smartphones. C’est le cas du mode portrait que propose beaucoup de smartphones récents et qui permet de simuler le flou d’arrière plan que l’on obtient avec un reflex (voir section xx)

Certains fabricants préparent même des algorithmes capables de s’adapter à l’utilisateur. La photo obtenue sera différente d’un téléphone à l’autre, selon les préférences de l’utilisateur : rendu des couleurs, photo plus ou moins contrastée, saturée, etc…

Si la partie logicielle est si importante, cela veut dire que l’on a tout intérêt à utiliser l’application de prise de vue native (avec une version à jour de l’appli !) plutôt qu’une application tierce, surtout si on possède un téléphone récent. On pourra ainsi utiliser toutes les fonctionnalités du téléphone, qui ont été optimisées par le fabricant via l’appli native. Par exemple, avec mon nouveau Pixel 5, je ne peux utiliser certaines options (grand-angle, portrait, astrophotographie) que via l’appli de prise de vue proposée par Google.

Avec un téléphone plus ancien, on pourra tester une autre appli de prise de vue (Open Camera ou Lightroom, par exemple), qui donne accès à davantage de réglages.

2. Bien tenir son téléphone

Ca peut paraître évident, mais la façon dont on tient son téléphone est cruciale au moment de déclencher. Un smartphone, c’est léger et maniable, et donc peu stable. Il suffit d’un léger mouvement lors de la prise de vue pour que la photo soit floue. Pour s’assurer une bonne position, il faut :

  • être bien stable sur ses jambes,
  • avoir les coudes collés au corps,
  • tenir le téléphone fermement d’une main,
  • et utiliser deux doigts de l’autre main pour le stabiliser.

3. Le cadrage et la composition

Encore plus qu’avec un appareil classique, beaucoup d’utilisateurs de smartphones ont tendance à prendre toutes leurs photos de la même manière : un format vertical, un angle de vue droit devant soi, et une prise de vue à hauteur des yeux. Varier l’angle de vue, la perspective ou encore le format est crucial pour obtenir des photos de qualité, adaptées au sujet photographié.

Si tu as tendance à faire toutes tes photos de la même façon, pourquoi ne pas tenter de relever quelques défis simples qui t’inciteront à changer tes habitudes. Par exemple, aujourd’hui,

  • je photographie uniquement à l’horizontale,
  • je fais des prises de vue à pic,
  • je m’accroupis pour faire mes photos,
  • ou je grimpe sur une chaise !

L’idée de ces petits défis de t’encourager à réfléchir à l’angle de vue, à la perspective que tu choisiras pour ta photo, afin que ton cadrage soit intentionnel et ne donne pas l’impression d’être fait au hasard.

    4. Le zoom

    Dans la majorité des cas (en particulier si ton téléphone n’est pas tout jeune), le zoom est à bannir absolument. Il s’agit, en effet, de ce qu’on appelle un zoom numérique : c’est-à-dire que l’appareil photo recadre l’image… avec la dégradation de la qualité qui va avec ! Le résultat sera exactement le même si tu recadres la photo APRES la prise de vue. Alors dans ce cas-là, le zoom on oublie et on recadre après coup.

    Si tu possèdes un smartphone plus récent, il propose peut-être un zoom optique (dans ce cas, le téléphone est équipé de plusieurs objectifs, visibles à l’arrière).

    Certains fabricants (comme Google avec sa gamme Pixel) propose une optimisation du zoom numérique pour produire des images de meilleure qualité, mais la qualité n’est pas la même qu’avec un vrai zoom optique.

    5. Le gros plan

    Les smartphones permettent une mise au point sur un objet très proche. Tu pourras ainsi faire des gros plans que tu ne pourrais obtenir avec un appareil classique (sauf à disposer d’une bonnette ou d’un objectif macro).

    Pour aller plus loin, il existe des accessoires à clipser sur l’objectif pour réaliser de vraies macros (Olloclip est une marque reconnue mais que je n’ai jamais eu l’occasion de tester).

    Réaliser un gros plan est aussi une façon de créer un arrière-plan flou si on éloigne suffisamment le premier plan et l’arrière plan, comme on va le voir au paragraphe suivant.

    6. Le flou et le mode portrait

    Obtenir du flou dans l’image est très difficile, voire impossible, à faire avec un smartphone. Du fait de la petite taille du capteur, une photo obtenue avec un smartphone est nette partout. C’est parfois très pratique, quand on photographie un paysage par exemple. Mais le plus souvent, cela limite les possibilités créatives qu’offre la profondeur de champ, c’est-à-dire la zone de netteté relative des différents plans de l’image.

    Il existe néanmoins deux solutions pour créer du flou dans une image réalisée avec un smartphone.

    • La première consiste à réaliser un gros plan et à éloigner au maximum l’arrière-plan du sujet photographié.
    • La seconde consiste à utiliser le mode portrait proposé par beaucoup de smartphones récents. Dans ce mode, le smartphone simule un flou d’arrière plan : le premier plan est détouré et ensuite incrusté sur un arrière-plan flou. Selon les appareils et selon le sujet photographié, le détourage est plus ou moins bien réalisé (voir par exemple cette vidéo qui compare plusieurs smartphones, le comparatif des modes portraits est à la min. 2:12).  Le mode portrait permet de flouter plus ou moins l’arrière-plan, soit directement à la prise de vue, soit en post-traitement. Il nécessite, pour fonctionner correctement, un sujet en premier plan qui se détache bien de l’arrière plan.

    Les exemples ci-dessous montrent ce qu’il est possible (ou pas) de faire avec un smartphone en terme de flou dans l’image. A gauche, j’ai obtenu un arrière-plan (un peu flou) en faisant un gros plan sur le sujet et en l’éloignant au maximum de l’arrière-plan. Au milieu, j’ai utilisé le mode Portrait de mon Pixel 5. Et à droite, un exemple de flou qu’il est impossible d’obtenir avec un téléphone car les objets sont trop prêts les uns des autres. Ce type de photo ne peut être réalisé qu’avec un reflex (ou un hybride) équipé d’un objectif qui permet une grande ouverture (ici f/1.8).

    Photo au smartphone - gros plan & arrière-plan flou
    Photo au smartphone - Arrière-plan flou avec le mode portrait du Pixel 5
    Exemple de faible profondeur de champ avec un reflex

    7. Les formats de fichiers : JPEG ou DNG

    Certains smartphones permettent d’enregistrer vos photos au format DNG (ou RAW). Il s’agit du format brut de l’image, enregistré sans traitement. Un post-traitement doit ensuite être réalisé avec une appli dédiée avant de visualiser l’image.

    Pour des prises de vue classiques, la version JPEG (i.e., un post-traitement automatique) sera probablement de meilleure qualité, surtout avec un smartphone récent. En effet, comme on l’a vu, les smartphones proposent maintenant des algorithmes très avancés. Vous obtiendrez de meilleurs résultats en laissant travailler le téléphone et en utilisant le fichier JPEG produit. Mais parfois, dans certaines conditions de prise de vue particulières (par exemple, une image avec des zones très lumineuses et des zones très sombres), le post-traitement automatique peut ne pas fournir un bon résultat.

    Pour pallier à ces situations, mon conseil, si votre smartphone le permet, est d’enregistrer les deux formats JPEG + DNG. Ainsi, si le résultat obtenu par l’algorithme automatique ne convient pas, il est toujours possible de repartir du fichier brut pour appliquer un post-traitement personnalisé.

      8. Quelques applis mobiles

      Il existe des dizaines d’applis mobiles destinées à la photo. J’en partage ici trois que j’utilise très régulièrement.

      SNAPSEED est une appli de post-traitement et de retouche. Gratuite et facile à prendre en main, elle est parfaite quand on n’a jamais fait de retouche.

      LIGHTROOM MOBILE est une appli de post-traitement et de gestion de catalogue. On peut synchroniser le catalogue avec la version PC/Mac, ce qui constitue pour moi un vrai plus. Payante.

      CANVA permet de créer des mosaïques, des designs pour les réseaux sociaux, propose des modèles de stories. Existe en version gratuite déjà très complète.

      9. Quand faut-il sortir le reflex du placard ?

      Nous sommes nombreux à posséder un reflex qui reste dans le placard car le smartphone est toujours à portée de main et tellement plus facile à utiliser. Pourtant, si on sait s’en servir, le reflex permet d’obtenir, dans certaines situations, des photos impossibles à réaliser avec un smartphone. Pour t’encourager à utiliser ton reflex à bon escient, je propose ici une liste des situations dans lesquelles le reflex te donnera de meilleurs résultats, et celles où il peut rester au placard !

      • arrière-plan flou, flou créatif → REFLEX : On l’a vu, la gestion de la profondeur de champ est la principale limite technique d’un smartphone. Si tu aimes les jolis flous, le reflex reste indispensable. 
      • zoom → REFLEX : Le zoom proposé par un smartphone (à part peut-être pour les smartphones les plus hauts de gamme) n’égalera jamais celui d’un reflex que vous pouvez équiper d’un téléobjectif. Et même si tu disposes d’un bridge ou d’un petit compact avec un zoom puissant, tu obtiendras aussi de meilleurs résultats.
      • grand-angle → SMARTPHONE : A moins que ton reflex ne soit équipé d’un objectif grand-angle, il y a de bonnes chances que ton smartphone soit le gagnant dans cette catégorie. Les modèles récents, notamment, sont très souvent équipés d’un mode ultra grand-angle (voir ci-dessous, la photo de gauche, réalisée avec mon Pixel 5)
      • grande netteté → SMARTPHONE : Si on veut que toute la scène photographiée soit nette, le smartphone est l’outil parfait (voir ci-dessous, photo de droite pour laquelle je voulais un maximum de netteté).

      Si il y a d’autres situations dans lesquelles tu préfères ton smartphone ou ton reflex, partages-les avec nous en commentaire ! 

      Photo au smartphone - vue grand-angle
      Photo au smartphone - grande netteté

      Tu aimes ce billet ? Epingle-le sur Pinterest pour le retrouver plus facilement !

      L'Atelier Photo - La photo au smartphone
      L'Atelier Photo - La photo au smartphone
      L'Atelier Photo - La photo au smartphone

      J’ai également proposé un Live sur ce thème. Le replay et les diapos sont disponibles dans ma bibliothèque de contenus gratuits

      0 commentaires

      Soumettre un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Retrouve-moi sur les réseaux sociaux :